Pour vous soutenir durant le confinement et vous remercier de votre soutien nous suprimons les frais de port

Sur la routes des saveurs marocaines

A la découverte des saveurs marocaines

Suivez une partie de notre aventure culinaire au royaume du Maroc

Épices, argan, rencontres, cuisine, Street-food et surf 

 

Me voilà partie pour le Maroc. Dans l’avion déjà, je me demande quelles saveurs je vais découvrir. J’ai tellement d’images de ce pays en tête. Il faut avouer que c’est un pays très riche par sa variété de paysages et de climats. Le désert et ses touareg, Marrakech et son souk, le haut Atlas, ses multiples cultures ainsi que sa gastronomie connue pour être l’une des meilleure au monde.

Le premier petit déjeuner à Casablanca dans un hôtel d’un quartier populaire, fut un dépaysement total. Du pain avec de l’huile d’olive et un café. Ce n’est que plus tard à la gare routière que j'ai goûté mon premier thé à la menthe. Quelle explosion de saveurs ! Ce ne fut pas le meilleur mais le premier alors il
gardera toujours un goût particulier.
Arrivés à Marrakech en cherchant de quoi manger je tombe sur un stand de nourriture de rue qui fait des mesemen. Me voilà attablé avec des mesemen miel- « Vache qui rit » et bien sur un thé à la menthe!

J'aurai pu rester des heures à regarder la cuisinière façonner dans l’huile cette délicieuse petite crêpe pour ensuite la faire cuire sur une grande plaque en métal. Le résultat est un mélange entre une crêpe et de la pâte feuilletée. Cela ne ressemble en rien à ce que l’on peut manger chez nous.

Après m'être perdu dans le souk de Marrakech, je me suis mise à table pour manger des brochettes avec une délicieuse salade.
Les saveurs libérées par la viande et les épices sur le feu me font saliver et titillent ma curiosité je ne peux m’empêcher de questionner le cuisiner sur sa recette.
En résumé, la différence est dans un mélange secret d’épices composé de sel,  de cumin, de poivre, de paprika et de différentes herbes aromatiques, un délice de simplicité.
Il est temps pour nous de partir en direction de la grande palmeraie de Marrakech. Elle est l'une des importante palmeraie du XIᵉ siècle du nord de la ville. Ce patrimoine naturel marocain de près de 100 000 palmiers qui s’étend sur environ 15 000 hectares est une oasis de fraîcheur. Un homme appelé Momo nous explique qu’une épidémie à touchée une grande partie de la réserve. C'est un grand projet national parrainé par des célébrités comme Jamel Debouze qui à permis de replanter de nouveaux palmiers sains et de préserver ce havre de paix et de fraîcheur.
Le soir, Zoueida la grand-mère du Riyad où nous logeons pour la nuit, nous propose de l’aider à cuisiner. Vous n’imaginez pas à quel point sa proposition me réjouit puisque je n’osais pas la déranger.
C’est donc parti pour la préparation du souper qui sera un tajine aux pruneaux.

Découvrez cette recette dans le livret de recette de notre box du mois spécial Maroc avec les épices nécessaire.


Après ce grand moment plein de douceur de gentillesse et de partage entre femmes, il est temps pour nous de savourer ce succulent tajine avec comme toujours le ‘’ Wisky Berbère’’, le thé à la menthe.

S’en suit une longue discussion avec les membres de la famille qui nous héberge pour la nuit. C'est un plaisir de découvrir leur façon de voir les choses et l’intérêt qu'ils nous portent.
Il est une heure du matin, le temps pour moi d’aller dormir car demain je prend la route pour Agadir connue pour sa plage et son souk al had l’un des plus anciens et plus grand souk d’Afrique.

Après une bonne nuit, c’est un petit déjeuner royal avec un jus d’orange frais, du thé à la menthe, une multitude de pains (batbout , Beghrir (pain mille trous), Mesemen,…), des confitures, du miel, de l’huile d’Argan, des fruits frais qui m'attendent. Je suis sur le toit de ce magnifique Riyad baignée d'une douce chaleur de quoi commencer la journée avec des pleins de bonnes ondes.

Petit déjeuner à marrakech



Après 5 heures de bus me voilà arrivée à Agadir. Un temps magnifique avec une légère brise venant de la mer qui rafraîchi un peu la température, on m’a conseillé ici d’aller me balader le long de la cote, de profiter des plaisirs du souk el had et de terminer par 2 ou 3 jours de surf à Taghazout un petit village de surfeur à 25 km de la ville.
Je logerai chez la famille d'un ami. La famille Arhbi est commerçante dans le quartier de Talborjt. D’ailleurs voilà que Sana, la cousine de Karim mon collègue, qui m’appelle pour me proposer de venir me chercher. C’est fou pourtant personne n’a mon numéro ici, ça doit être ça la fameuse hospitalité marocaine.
Dix minutes plus tard, elle arrive me prend dans ses bras comme si c’était ma propre cousine. On charge mes bagages très volumineux (1 sac a dos 25 l) et c’est parti pour la rencontre de cette famille que l’on m’a décrite comme adorable et très drôle.Je me réjouis énormément de les rencontrer.
En chemin, Karim me propose via WhatsApp de me rejoindre dans les prochains jours soi-disant parce qu’il n’a rien à faire en suisse.
Arrivée chez eux, je rencontre deux de ses oncles Jamal et Moussa, deux comiques adorables qui me proposent direct tous pleins d’activités et de visites. Monter à Agadir Oufula, visiter le souk ou la médina. Je leur réponds que pour aujourd’hui, je vais juste faire un tour au bord de l’eau et visiter un peu seule la ville, mais nous convenons d'aller au souk demain.

S’en suit comme toujours au Maroc l’apparition de la grand-mère avec un plat en terre cuite dans ses mains d’où s’échappe des odeurs épicées qui m’ouvre l’appétit. Pas le choix, il faut manger ce tajine, on ne va quand même pas passer pour des mal polis et on n’est pas là pour régime.
Le ventre remplie même un peu trop, c’est la sieste qui m’attrape. Je dors une vingtaine de minute. Je demande ensuite à Sana si elle veut venir avec moi à la plage entre fille, ce qu'elle accepte avec plaisir.
Arrivées à la plage, je ne peux pas résister à aller me tremper mes pieds dans l’eau. Elle est fraîche en ce mois de mars, il est donc hors de question de me baigner. Quelques marchants ambulants proposent des bonbons, cacahuètes
et autres sucreries ainsi que du thé et du café. En discutant avec Sana, je remarque son incroyable ouverture, c’est fous ça fait très peu de temps que l’on se connaît et malgré une légère barrière linguistique, nos discussions sont déjà tellement profonde. On dirait qu’on est amies depuis toujours, elle me raconte comment c’est être une femme au Maroc, le travail, la famille et tout. Je dois
vous avouer que j’en ai appris pleins les oreilles et que l’on ferai mieux de se renseigner avant de juger.


Le soleil commence à se coucher, il est temps de rentrer, demain c’est vendredi et vendredi c’est …
COUSCOUS.
Vendredi matin 9h, petit déjeuner comme d’habitude riche et savoureux. Ensuite départ pour aller faire les courses pour le repas de midi avec Jamal l’oncle de Karim. D’ailleurs, il arrive demain et il est dégoûté de rater le couscous de sa grand-mère.
Après une petite dizaine de minutes de route, nous arrivons devant le souk al hed qui signifie souk du dimanche en arabe. Jamal m’explique qu’il s’agit probablement du plus vieux souk d’Afrique mais surtout le plus grand du Maghreb. Dans cette immensité quadrillée, entre tapis, fruits, légumes et souvenirs, il faut parfois demander son chemin. On y déniche néanmoins assez facilement de beaux objets de déco, comme des lampes en peau de chèvre colorées, dont on trouvera toute une collection au Jardin aux Etoiles. Les artisans marocains excellents dans l'art de la vente. Il y a foison de forts jolies lampes et lanternes en métal.

Vérifiez toutefois attentivement leur qualité. A tort ou à raison, celles en provenance de Marrakech sont réputées pour se transformer en arnaques, dans la mesure où elles risquent de se démonter rapidement. C'est en tout cas ce que prétendent les artisans d'Agadir...

Et ce que nous avons nous aussi vérifié. Attention donc à l'arnakech !

l'une des nombreuse entrée du souk


Après la découverte de tous ces commerce, on se dirige vers les fruits et légumes. C’est impressionnant, les vendeurs à la criée, les gens qui parlent tous avec de grands gestes et certains ont même l’air de s’embrouiller. Alors qu’il s’agit simplement de négociations.
Jamal achète des kilos de tomates, de pommes de terre, de courgettes, de pois chiche, de choux et autres légumes ainsi que de la semoule.

On va ensuite chercher les épices chez Omar, il paraîtrait qu’il est le meilleur épicier de la ville. Une fois dans sa boutique, je m’émerveille de toutes ces couleurs et senteurs ainsi que de la fraîcheur de ses produits. Il me fait sentir une énorme variété d’épices, c’est alors que m’est venue l’idée des 1001 saveurs. Je m’y découvre un véritable intérêt qui deviendra une passion pour les épices et je me demande pourquoi je ne m’y suis pas intéresser avant.

La routine nous fait cuisiner par automatisme mais cuisiner et savourer un plat justement épicer, c’est adopter une nouvelle façon de cuisiner. Et de voyager au travers d'un plat. Et si je faisais profiter d'autres personnes de ce genre de plaisirs ? Et si à chaque voyage, je cherchais un commerçant comme Omar afin de ramener quelques produits et vous en faire découvrir les saveurs.
Après plus d’une heure dans la boutique d’Omar, qui est définitivement devenu mon ami, nous reprenons la route vers la maison afin d’aller cuisiner le couscous. J’espère pouvoir y participer et apprendre la recette de Aïcha, la grand-mère de Karim.
Arrivée à la maison, parce que oui je m’y sens déjà comme chez moi, ils sont tous tellement accueillant, je demande a Sana si c’est possible de cuisiner avec elles. C’est avec joie qu’elle me répond ‘’bien sûr !’’.
Nous y voilà, une petite cuisine d’à peine 4 mètres carrés et un énorme couscoussier. Le principe est simple, en bas cuit la sauce et la viande de bœuf, la vapeur en remontant cuit les légumes et la semoule qui sont dans le dernier étage du couscoussier. Le couscous est un plat cuit à la vapeur ce qui préserve la saveur et les vitamines des aliments. Aïcha ajoute discrètement les épices achetées chez Omar. Un mélange qu’elle a préparé. Hélas, la barrière de la langue fait qu’elle ne peut pas m’expliquer son mélange. C'est pas grave, demain Karim arrive et pourras traduire précisément.
Aux alentours de 13h45, le repas est prêt, les hommes rentrent de la prière du vendredi de la mosquée.
Saviez qu’il s’agit de la prière qui rassemble le plus de fidèle dans les mosquée, un peu comme le dimanche matin à l'église chez nous.

Toute la famille se retrouve à table et ça en fait du monde. Je ne compte pas moins de 20 personnes, oui 20 personnes, tous tellement attentionnées envers moi. C’est alors que le couscous arrive et avec sourire Sana l’annonce comme le couscous de Marion. Alors qu'au fond, j'ai plus regardé et questionné que vraiment aider.
Je me régale comme jamais. C'est une explosion de goûts! Tout le monde mange ensembles ce qui fait quatre générations à la même table !

Je remarque que personne ne touche à la viande avant la fin du repas, j’apprendrai plus tard dans la journée que c’est pour assurer un bon partage de la viande. Au niveau de la boisson, c’est la fête. Il y a trois limonades différentes du Coca-Cola, du Poms, une limonade au goût de pomme très sucrée et du Hawaï au goût exotique mais toujours trop sucrée pour moi. Il y a aussi du lait cailler. Tout le monde délaisse les limonades pour le lait cailler sauf les enfants. J’en goûte un peu et étonnamment j’adore. Cela se marie tellement bien avec la semoule. Jamal rigole et me dis que quand Karim était petit, il prenait cette boisson comme une punition. Personne ne le comprenait puis qu’ici tout le monde adore ça. Fin du repas repue et régalée, c’est l’heure de la sieste digestive bien méritée.

Pour finir cette journée, je choisis de monter admirer la vue sur la ville depuis le montagne Agadir Oufela à pied. C'est gratuit et je suis bien tentée par une petite randonnée. Arrivé en haut quelques familles se prennent en photos avec des dromadaire et des singes en échange de 5 dirhams. D'autres admirent la vue en sirotant un thé à la menthe, pas la peine de vous dire laquelle de ces deux solutions j'ai choisis.

Quelques instant plus tard, en admirant la vue sur la marina et l'océan et voulant immortaliser le moment, me voilà face au problème numéro 1 de toute blogueuse amatrice: plus de batterie ni sur mon smartphone ni sur mon appareil photo... Pas grave, j'ai encore quelques jours devant moi pour revenir .

Le lendemain, on part chercher Karim à l'aéroport de la ville et on prend direction d'une coopérative de femmes qui fabrique d'huile d'argan.

Après près de 2h de route, nous voilà dans un petit village berbère isolé et loin de tout. Karim me montre les fruits qui servent à la fabrication de cette précieuse huile. D'ailleurs ce fruit ne pousse que dans cette région.

Dans une petite grange, à l'abris d'un soleil de plomb, une équipe de trois femmes travaillent ces mêmes fruits. L'une les décortique, l'autre en retire la graine et la troisième presse le tout pour en extraire une pâte brune au goût très amère. On m'expliquera que plus tard que c'est de cette pâte que l'on extrait l'huile. 

 

Le meilleur moment arrive la dégustation et là encore une fois "Waooow"! Incroyable, tellement bon. C'était donc ça, ce goût léger, délicieux, raffiné, subtile dans la plupart des plats que j'ai mangé à Agadir. L'HUILE D'ARGAN niveau culinaire avec la ras el hanout ce sont mes coup de coeur. On me propose d'en acheter cependant karim me dis qu'il a un meilleure plan ... sa grand mère.

Arrivés à la maison, Karim profite un peu de sa famille. C'est les retrouvailles après plus de 2 ans sans se voir quand même. On passe ensuite tout le reste de la journée sur la toit de la maison. Karim me raconte son enfance ici, les vacances d'été, les 400 coups avec ses amis d'ici. Il me demande qu'est ce que j'attend de mon voyage au Maroc.

Honnêtement, ça fait que quelques jours que j'y suis et je suis déjà totalement comblée par tant de découvertes, de bonnes ondes et d'amour. Je n'ai même pas encore découvert Taghazout  ou d'autre quartier de la ville. Il y a encore tellement de chose à voir et faire ici!

C'est alors qu'il me propose de prendre deux planches de surf chez son oncle avec deux combinaisons et de partir surfer comme il le faisait avant. On programme le tout pour le lendemain, on sors boire un verre en ville. Les bars étaient vides étant donner que ce n'est pas la grande saison ni une période de vacances locales.

Le lendemain, Karim s'est réveillé plus tôt et est parti louer deux scooters. J'étais pas très rassurée à l'idée de conduire au Maroc et en plus en ville. A ma grande surprise, cela c'est bien passé. Après un petit arrêt pour des commissions, on est très vite sorti de la ville. Pas plus de cinq minutes de scooter.

Et puis... le bonheur! 25 minutes le long des côtes et dans les terres, le tout sur une route bien entretenue. Vue sur les projet hôteliers, on passe le village de Taghazout pour arriver à environ un kilomètre plus loin à ''Madraba/Madrague". On y rencontre Hassan, l'oncle de Karim, tout de suite, il nous propose un appart en dessus du sien avec vue sur la houle (histoire de vérifier la mer dès le matin). Il me propose aussi de m'aider à m'améliorer en surf. Se que j'accepte, c'est parti! On fonce vers la plage à 200 mètres de la maison, nos planches sous le bras, vêtus de nos combinaisons, tels des pro. Les vague sont pas folles mais ça me va très bien. Un après-midi de pure plaisir !!!

Le soir direction le village de Taghazout, un petit bled où se mêle surfeurs du monde et pêcheurs avec 2-3 pub et des boutiques. Il y flotte une vraie ambiance roots. On mange un sandwich de boulettes de sardine à 5 dh dans la rue en mode Street-food. Encore un régale! Franchement à part la limonade, ce pays c'est un délice entre sa gastronomie, ces différentes cultures, ses habitants au cœur énorme.

Je pense que ça y est, je l'ai trouvée, LA VRAIE SAVEURS DU MAROC:

Prenez une gastronomie riche en saveurs

Beaucoup de paysages et de cultures différents

Saupoudrez le tout d'un peu d'hospitalité

Servez le tout avec le sourire.

Faites en profitez un max à vos proches en leur faisant découvrir notre variété de saveur et découvertes.  

Découvrez nos assortiments de produits issus de notre voyage et de nos rencontres dans notre boutique en suivant le lien :

 

Envie de plus de bons plans et d'adresses pour préparer votre voyage. Envoyez nous un mail à l'adresse:

1001saveursch@gmail.com

Laisser un commentaire